L’intelligence émotionnelle au cœur de la réussite

« Les émotions sont un phénomène étroitement lié avec le contexte, et être émotionnellement intelligent revient à être capable de lire ces indices et d’adapter son comportement en fonction d’eux » Dirck LINDEBAUM (chercheur post-doctoral en psychologie organisationnelle)

L’intelligence ne se limite pas qu’au QI, c’est l’idée sur laquelle le Psychologue HOWARD Gardner s’est appuyé en 1983 pour initier son projet du « Spectrum », une étude qui vise à stimuler plusieurs sortes d’intelligence.
L’intelligence émotionnelle se définit, d’après les études menées, comme une forme d’intelligence qui suppose la capacité à contrôler ses sentiments et émotions et ceux des autres, à faire la distinction entre eux et à utiliser cette information pour orienter ses pensées et ses gestes.

On retrouve depuis quelques années, un intérêt certain pour les émotions, l’art de gérer son cerveau émotionnel. D’après les nombreuses recherches sur ce sujet, les émotions ne sont pas déconnectées des compétences cognitives, bien au contraire, elles les stimulent. Les psychologues commencent aujourd’hui à intégrer le rôle des sentiments et l’intuition dans la pensée, longtemps écarté dans la prise de décision par exemple. Ainsi, la théorie triarchique de l’intelligence avancée par le Professeur Robert STERNBERG nous donne une idée simple et globale quant aux différentes capacités nécessaires :

  • L’intelligence théorique pour le développement de l’esprit créatif
  • L’intelligence analytique pour évaluer la pertinence des idées
  • La capacité pratique pour réaliser ses idées

Peut on renforcée l’intelligence émotionnelle par la pratique ?

Selon le célèbre psychologue Daniel GOLMAN, plusieurs compétences sociales sont nécessaires pour réussir : La conscience de soi, la maitrise de soi, la motivation, l’empathie et les aptitudes humaines ; tous ces composants constituent des atouts pour développer son intelligence émotionnelle.
S’appuyer sur le cortex frontal, connu pour son rôle essentiel dans la régulation des comportements et le cortex pariétal, qui permet d’intégrer des informations sensorielles et contribue à la coordination corporelle, implique le développement à la fois de l’intelligence générale et émotionnelle.

Réussir grâce à son intelligence émotionnelle nécessite finalement l’intégration des informations émotionnelles et des analyses rationnelles pour prendre des décisions appropriées.

Les cahiers - monde de l'intelligence

A lire : Le monde de l’intelligence Les cahiers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s